Imprimer cette page

Libération du ressortissant français en détention provisoire au Luxembourg depuis le 6 avril 2018
16-05-2018


Le parquet de Luxembourg a demandé en date d’aujourd’hui au juge d’instruction auprès du tribunal d’arrondissement de Luxembourg la mainlevée immédiate du mandat d’arrêt provisoire à l’encontre du ressortissant français en détention provisoire depuis le 6 avril 2018 au Centre pénitentiaire de Schrassig. Cette personne avait fait l’objet d’une notice rouge d’Interpol (recherche pour arrestation en vue d’extradition) à la demande des autorités des Emirats arabes unis. 

Conformément à la loi modifiée du 20 juin 2001 sur l’extradition, un mandat d’arrêt avait été décerné par un juge d’instruction à l’encontre du ressortissant français. L’Etat requérant entendait exercer des poursuites du chef de faits qu’il avait qualifiés d’enlèvement. 

Il s’est avéré aujourd’hui qu’Interpol Abu Dhabi avait effacé le signalement du ressortissant français de leur liste de personnes recherchées le 8 mai 2018 sans pourtant en avertir ni le parquet de Luxembourg ni les instances policières compétentes. C’est seulement grâce à l’initiative des autorités concernées du Luxembourg que cette radiation a été révélée. 

A ce jour l’Etat requérant n’a pas présenté par la voie diplomatique, comme la loi précitée l’exige, la demande d’extradition appuyée d’un certain nombre de pièces dont notamment un exposé des faits pour lesquels l’extradition était demandée. 

Le délai de 45 jours endéans lesquels l’Etat requérant est tenu en vertu de la prédite loi de présenter les pièces requises aurait pris fin lundi, le 21 mai 2018 à minuit.

 

communiqué par le parquet de Luxembourg